Accueil Lisez notre blog septembre 2016 C’est le temps pour une Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté

C’est le temps pour une Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté

C’est le temps pour une Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté
Pendant la Semaine de sensibilisation à la faim, les banques alimentaires d’un bout à l’autre du pays racontent des histoires relatives au travail qu’elles font dans leurs régions. Elles sensibilisent les gens à la faim au Canada et demandent à tous les Canadiens de passer à l'action afin de réduire l’insécurité alimentaire.
 
Tous les mois, 850 000 personnes recourent aux services d’une banque alimentaire afin de réussir à joindre les deux bouts. D’innombrables raisons sont à la source de ce recours : il y a peu d’emplois bien rémunérés dans leur région; une fabrique ou une usine vient de fermer ses portes dans leur région; ils s’occupent d’un membre de leur famille qui est malade, ce qui les empêche de travailler; ils reçoivent de l’aide sociale et ont un revenu bien inférieur au seuil de pauvreté.
 
Même si la majorité des provinces et des territoires ont adopté des stratégies de réduction de la pauvreté ces dix dernières années, le recours aux banques alimentaires est plus élevé dans une mesure de 26 % comparativement à 2008, avant la dernière récession. En général, les stratégies provinciales et territoriales ont un caractère provisoire et progressif, ce qui s’est traduit par de minces changements et des incidences minimes. Ces stratégies ont été loin d’être révolutionnaires et dans le contexte actuel où les puissances économiques de l'Ouest sont réduites à l’ombre de ce qu’elles étaient récemment, elles sont largement oubliées.
 
Au cours des années sombres qui ont suivi la récession de 2008-2009, nous pouvions, à tout le moins, compter sur les bonnes choses qui se passaient en Alberta, en Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador en raison du prix élevé du pétrole, du gaz et de la potasse. Ces bonnes choses ont disparu cependant, tout comme le prix élevé des marchandises, et les autres secteurs n’ont pas pris la relève. Le secteur manufacturier continue d’éprouver des difficultés, tandis que le nombre d’emplois mal rémunérés du secteur des services continue d’augmenter.
 
C’est dans ce contexte où s’exercent de grandes pressions que nous nous tournons vers le gouvernement fédéral, qui s’affaire actuellement à élaborer une stratégie nationale de réduction de la pauvreté, stratégie tant attendue. Nous encourageons le ministre responsable de l’élaboration de la stratégie, l’honorable Jean-Yves Duclos, à considérer sérieusement des idées de politiques audacieuses comme l’adoption d’un revenu de base pour remplacer le système actuel d'aide sociale, et la mise en œuvre de réformes pour les groupes qui n’ont pas été ciblés par les stratégies actuelles.
 
Le temps presse si l’on veut donner lieu à de réels changements pendant le mandat actuel du gouvernement (c’est-à-dire de 2015 à 2019). La possibilité d'apporter d'importants changements en matière de politiques fédérales prendra fin vers la fin de 2018, quand les partis fédéraux commenceront à planifier l'élection de 2019. C'est pourquoi nous croyons qu’il est essentiel que le ministre Duclos présente une stratégie nationale de réduction de la pauvreté au Parlement le 1er octobre 2017 au plus tard.

À ne pas manquez!

Faits saillants

tin can

62 %

des denrées distribuées par les banques alimentaires ne sont pas périssables (par exemple:de la sauce pour pâtes alimentaires, des céréales, du riz, du jus de longue conservation ainsi que des soupes, des fruits et des légumes en conserve)