Accueil Lisez notre blog novembre 2016 La promesse du revenu de base au Canada

La promesse du revenu de base au Canada

La promesse du revenu de base au Canada
Au cours de l’année qui vient de s’écouler, l’idée d’un revenu de base a suscité un grand intérêt. La Suisse a adopté un programme de revenu de base sans jugement et à faible bureaucratie, puis en Finlande, un essai pilote est en cours, tandis qu’un essai de ce genre est planifié en Ontario. Le revenu de base est passé du stade de l’idée non conformiste au stade de l’option de politique sérieuse.
 
Le revenu de base constitue une solution de rechange au système actuel de revenu de dernier recours, dans le cadre duquel les personnes qui traversent des périodes difficiles sont obligées d’exposer tous les aspects de leur vie à une bureaucratie gouvernementale envahissante dans le simple but d’avoir accès à un revenu mensuel excessivement inadéquat.
 
L’économie canadienne a connu des changements révolutionnaires ces trente dernières années. Elle a été transformée par la mondialisation et les changements technologiques, et la réalité actuelle ressemble très peu à la réalité qui existait au moment où les banques alimentaires ont été fondées. Cependant, notre système de soutien social n’a pas évolué de manière à répondre aux besoins des Canadiens et Canadiennes.
 
Pour ne citer qu'un seul exemple de cet échec, l’aide sociale ne permet même pas d’offrir un niveau de soutien de base à nos citoyens les plus vulnérables. Elle ne permet pas aussi aux Canadiens et aux Canadiennes de faire une transition, pour suivre une formation ou prendre des emplois qui leur donnent accès à une vie meilleure. Des millions de Canadiens et de Canadiennes dépendent de ce système défaillant.
 
Le rapport Bilan-Faim 2016 recommande aux gouvernements provinciaux et territoriaux de démanteler leurs programmes d’aide sociale et de créer un programme de revenu de base, administré par le biais du régime fiscal. Ce rapport présente également un certain nombre de mesures pratiques à prendre à court terme qui peuvent éloigner du système actuel :
 
  • permettre à tous les ménages à faible revenu d'avoir accès aux avantages non pécuniaires qui sont actuellement mis exclusivement à la disposition des ménages obtenant de l’aide sociale (comme des subventions pour les services aux enfants, des suppléments pour logement abordable, une assurance pour médicaments et soins dentaires);
  • fournir de l’aide aux ménages avant qu’ils ne touchent le fond, et ce, en augmentant le taux de liquidités qu’un ménage a le droit d’avoir pour faire une demande d'aide sociale et pour toucher à l’aide sociale;
  • permettre aux ménages qui retirent de l’aide sociale de gagner un revenu plus élevé en travaillant, sans que leurs prestations d'aide sociale soient réduites;
  • transformer les crédits d’impôt fédéraux non remboursables en crédits d’impôt remboursables, lorsque convenable. Cela comprend, mais sans s’y restreindre, le crédit d’impôt pour personnes handicapées, les crédits aux aidants membres de la famille, et le crédit pour les usagers du transport en commun.
 
Il faut que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux sortent de l’inertie et commencent à innover en matière de programmes sociaux. Nous nous devons d’examiner des idées inhabituelles et difficiles comme le revenu de base, et abandonner les programmes qui ne fonctionnent pas, comme le programme d’aide sociale, car souvent, ces programmes font plus de mal que de bien dans la vie des Canadiens et des Canadiennes. 


À ne pas manquez!

Faits saillants

tin can

62 %

des denrées distribuées par les banques alimentaires ne sont pas périssables (par exemple:de la sauce pour pâtes alimentaires, des céréales, du riz, du jus de longue conservation ainsi que des soupes, des fruits et des légumes en conserve)