Accueil Lisez notre blog juin 2016 Journée de la faim sur la Colline – Les Parlementaires relèvent le défi

Journée de la faim sur la Colline – Les Parlementaires relèvent le défi

Journée de la faim sur la Colline – Les Parlementaires relèvent le défi
Le 18 mai dernier, pendant que les banques alimentaires de partout au pays faisaient appel aux Canadiens pour donner généreusement de la nourriture et de l’argent pour aider à nourrir les plus de 900 000 personnes qui auront recours aux banques alimentaires cet été, plus de 120 Parlementaires et leurs membres du personnel ont jeûné pendant la journée pour sensibiliser le public au problème de la faim et démontrer leur solidarité envers ceux et celles dans le besoin.

Pourquoi les Parlementaires jeûnent-ils pendant une journée ?

Dans un pays aussi riche que le Canada, il est facile d’ignorer que le problème de la faim existe dans chaque communauté et collectivité, dans chaque province et chaque territoire. Pendant que notre rapport du Bilan-Faim illustre clairement l’ampleur du problème avec de vrais chiffres et des données réelles, il est facile de les balayer de la main comme étant de simples statistiques.  

En expérimentant personnellement ce que cela signifie que de se sentir faible et fatigué avant une réunion de 11 heures, ou d’avoir une sensation de faiblesse et d’étourdissement après l’heure du lunch parce que vous n’avez pas été capable d’apporter un lunch au travail, le problème devient alors réel et viscéral.

Au-delà du jeûne – travailler à trouver des solutions à long terme pour mettre fin à la faim

La dure vérité est qu’il n’est pas facile d’aller travailler ou de se rendre à l’école avec un estomac vide. Pourtant, plus de 850 000 Canadiens chaque mois – avec plus du tiers étant des enfants  – doivent recourir à une banque alimentaire pour se nourrir.   

En expérimentant et en comprenant de première main cette triste réalité, les Parlementaires de tous les partis confondus ont fait le premier pas pour reconnaître le problème de la faim au Canada – et maintenant, ils doivent agir pour le réduire.

Bien que les récentes actions entreprises par le gouvernement fédéral (par exemple, l’accroissement de l’investissement dans le logement abordable et la création de l’Allocation canadienne aux enfants) soient encourageantes, nous croyons qu’il y a encore beaucoup à faire pour traiter des causes profondes et fondamentales de la faim au Canada.

Prenant appui sur les récents investissements dans le logement abordable et un meilleur soutien financier aux enfants, nous estimons que les gouvernements devraient également se pencher et se concentrer sur les changements politiques suivants :

  • Rétablir et accroître le soutien à l’emploi et à la formation pour les Canadiens peu alphabétisés.  Trop peu de Canadiens ne possèdent pas les habiletés et la formation nécessaires pour les emplois bien rémunérés d’aujourd’hui et ne font plus partie de la population active du travail, avec peu d’options pour une meilleure vie.
  • Créer un revenu de base pour remplacer les programmes d’assistance sociale provinciaux.  Le système d’aide sociale des provinces actuel est déficient. Les personnes qui touchent des prestations d’aide sociale sont maintenues dans un cycle de pauvreté duquel il est très difficile de se sortir.
  • Accroître la sécurité alimentaire et réduire la faim dans les collectivités du Nord en augmentant les revenus des familles et en continuant à traiter du coût de la vie élevé dans le Nord.  

 

Banques alimentaires Canada souhaite remercier sincèrement tous les Parlementaires et leur personnel pour leur participation au jeûne de cette année.  Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’une étape importante pour augmenter la sensibilisation à la faim dans les couloirs et les sphères du pouvoir, où les politiques à long terme comme celles susmentionnées peuvent aider à bâtir un Canada où personne ne souffre de la faim.

Pour une liste complète des participants au jeûne cette année, cliquez  ici

À ne pas manquez!

Faits saillants

tin can

62 %

des denrées distribuées par les banques alimentaires ne sont pas périssables (par exemple:de la sauce pour pâtes alimentaires, des céréales, du riz, du jus de longue conservation ainsi que des soupes, des fruits et des légumes en conserve)