Accueil Lisez notre blog janvier 2016 L'insécurité alimentaire dans le Nord n’est pas seulement attribuable au prix des aliments

L'insécurité alimentaire dans le Nord n’est pas seulement attribuable au prix des aliments

L'insécurité alimentaire dans le Nord n’est pas seulement attribuable au prix des aliments
Dans les territoires du Canada, 1 ménage sur 5 doit se priver de repas parce qu'il n’a pas assez de nourriture à la portée de la main, ou encore, mange de la nourriture sous-optimale parce qu’il ne peut pas se permettre d’avoir de la meilleure nourriture. Cela a d’importantes répercussions sur la santé des gens du Nord.
 
Les membres des Premières Nations, les Métis et les Inuits du nord du Canada sont en période de transition déstabilisante  en ce sens qu’ils sont en train de passer d’une économie de subsistance à une économie de marché. L’accès de moins en moins grand à la nourriture traditionnelle et la dépendance de plus en plus grande des aliments achetés en magasin constituent des points saillants de cette transition, notamment en raison des facteurs suivants :
 
  • les effets de la tragédie des pensionnats, y compris la perte des connaissances traditionnelles relativement à la chasse et à la survie sur la terre;
  • les changements caractérisant le comportement des animaux et la disponibilité des animaux en raison du changement climatique et d’autres facteurs;
  • les coûts élevés liés à la chasse et au piégeage;
  • le moins grand désir de consommer des aliments traditionnels chez les jeunes dont la population augmente rapidement.
 
Dans le Nord, et plus particulièrement en dehors des grandes villes, le coût des aliments achetés en magasin peut être astronomique. Ensemble, le coût élevé de la nourriture, l’absence de débouchés du marché du travail, le grand état de pauvreté et la consommation à la baisse d’aliments traditionnels créent une situation d’urgence grave et pressante sur le plan de la santé publique.  
 
 
Recommandations visant à augmenter la sécurité alimentaire dans le Nord
 
Notre rapport Bilan-Faim 2015 présente de nombreuses idées pour réduire l’insécurité alimentaire dans le Nord. Par exemple, nous devons favoriser les initiatives qui aident les gens du Nord à acquérir des aliments traditionnels dans un climat changeant. Cela comprend des programmes qui donnent accès aux outils de chasse nécessaires, qui coûtent de plus en plus cher.
 
Par ailleurs, même si on parle souvent du coût de la nourriture dans le Nord, on ne parle pas assez souvent du revenu dans les localités vulnérables. À cette fin, Bilan-Faim recommande de remplacer le système actuel d’aide sociale de dernier recours par un revenu de base lié au coût de la vie réel dans les diverses régions du Canada.
 
Nous avons également fait diverses recommandations pour le programme Nutrition Nord Canada, notamment en ce qui a trait à l’importance de fixer des cibles quant aux incidences du programme sur le coût des aliments dans les localités isolées du Nord.  
 
Le nouveau gouvernement libéral a promis d’investir la somme supplémentaire de 40 millions de dollars dans Nutrition Nord Canada, et nous espérons que cet investissement fera partie du prochain budget fédéral. Au cours des prochains mois, nous publierons de nombreux documents de recherche qui guideront les changements qui, selon nous, permettront d’augmenter considérablement l’accès à des aliments bons et sains dans le Nord.
 

À ne pas manquez!

Faits saillants

apple

38 %

des denrées distribuées par les banques alimentaires canadiennes sont fraîches (par exemple : du lait, des œufs, des fruits et des légumes frais ou congelés, du pain)